Interview de Jérémy BOTTON, directeur adjoint de la Fédération Française de Tennis

Jeremy Botton FFTComme chaque jeudi, nous vous proposons l’interview d’un acteur du sport. Aujourd’hui nous avons le plaisir de vous offrir cette interview de Jérémy BOTTON, directeur adjoint de la Fédération Française de Tennis.

Jérémy Botton, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Directeur Général Délégué de la Fédération Française de Tennis. J’ai fait mes études au sein d’une Ecole de commerce puis j’ai commencé à la FFT en m’occupant de la griffe Roland-Garros pendant 6 ans. J’ai quitté la fédération pendant 8 ans pour rejoindre le groupe Amaury Sport Organisation où j’ai occupé différentes fonctions en marketing et développement.  Je me suis alors occupé du Tour de France aux côtés de Christian Prudhomme et je suis revenu à la Direction Générale de la FFT il y a 4 ans.

Quels sont vos domaines d’intervention à la FFT ?

Je pilote plusieurs domaines : l’univers business de la fédération, les ressources de la fédération et du tournoi de Roland-Garros, le marketing et la communication, le juridique, l’informatique et la direction de la vie fédérale, c’est à dire tout ce qui concerne la pratique du tennis en région, dans les clubs.

Comment définiriez-vous le tennis ?

Le tennis est un sport extrêmement complet qui se joue de 7 à 77 ans. C’est un sport individuel mais aussi d’équipe. Il est moderne mais puise ses racines depuis plus de 100 ans. C’est donc un sport complet et en plein dans l’air du temps.

Qu’est ce qui fait la force du tennis ?

C’est le fait de pouvoir jouer dès son plus jeune âge jusqu’à très vieux. On peut jouer de manière ludique mais également en compétition, sur plusieurs surfaces différentes, en intérieur et en extérieur, en double ou en simple. On peut également être classé très tôt et jouer partout en France. C’est un sport qui fait intervenir le physique, le mental et la technique. C’est un sport qui répond parfaitement bien à beaucoup de problématiques, notamment celle du Sport-Santé.

Comment voyez-vous le futur du tennis ?

Je pense que le tennis a un bel avenir. Je le vois évoluer, sortir des codes traditionnels. Le tennis intéresse beaucoup les jeunes et on voit de nombreux dessins animés ou mangas apparaitre sur cette thématique. On se rend compte que des joueurs comme Tsonga ou Monfils sont très populaires chez les jeunes, c’est pour cela que je vois le tennis traverser les époques, traverser la technologie. Je le vois inscris dans son temps plus que jamais.

Quel est le tennisman qui vous a le plus marqué ?

Chacun a ses madeleines de Proust, tout dépend des goûts de chacun. Il y a ceux qui sont adeptes ou nostalgiques de l’époque McEnroe ou Edberg. Aujourd’hui, on a la chance de traverser une période faste dans le tennis mondial masculin avec un niveau quasi-jamais atteint. Chez les femmes aussi on a des figures de proue, notamment étrangères, extrêmement fortes comme Sharapova ou Williams. Il y a également l’émergence de chinoises comme Na Li. Le tennis est plus que jamais un sport mondial, beaucoup de nations arrivent à amener des joueurs dans le top 100. C’est pourquoi sortir une icône parmi d’autres, c’est compliqué.

Quel est votre plus souvenir de supporter ?

Je ne vais pas vous surprendre mais mon plus beau souvenir de supporter est la victoire de la France en Coupe Davis. Je vous disais que c’est un sport individuel mais quand le collectif est là et qu’on gagne en 1991 à Lyon face aux américains, c’est un souvenir qui m’a extrêmement marqué. Toute la nation était derrière eux, c’était un peu David contre Goliath et c’est là où les français sont généralement les meilleurs.

Parlez-nous en quelques mots de la Fédération Française de Tennis.

L’objectif de la FFT est de développer la pratique du tennis en France et sous toutes ses formes. Aujourd’hui, c’est près de 8 000 clubs, 1 100 000 licenciés, un maillage territorial extrêmement présent aussi bien chez les jeunes que chez les adultes. Il y a près de 400 000 compétiteurs, plus de 100 000 bénévoles qui font vivre le tennis en France, 350 salariés au sein de la fédération. Nous avons également la chance d’être propriétaire et organisateur d’un événement mondial qui est Roland-Garros, et qui fait vivre tout le tennis français.

Qu’attendez-vous de cette année 2014 ?

Affiche RG 2014 © Design Juan Uslé – Galerie Lelong FFT 2014Roland-Garros est le poumon économique du tennis français, un de nos enjeux aujourd’hui est de moderniser son stade. On espère que cette année permettra au projet de continuer à avancer. Les choses vont d’ailleurs dans le bon sens puisque les travaux ont commencé sur le centre national d’entraînement. On met également en place une réforme de notre école de tennis pour que nos jeunes joueurs s’épanouissent encore plus, avec des formats de jeu plus ludiques.

Et bien évidemment, on attend aussi que le tennis continue à porter ses valeurs d’éthique, de fair-play, de sport-santé et d’épanouissement personnel auxquelles nous sommes très attachés.

Pour Roland-Garros, avez-vous prévu des opérations particulières, comme avec la BNP l’an dernier ?

Il y aura effectivement des opérations de ce type mais elles sont encore en gestation. Il y a notamment le cas des partenaires qui fêtent une date d’anniversaire entre Roland-Garros et nous, comme Peugeot l’an prochain. Nous travaillons actuellement sur des opérations avec eux mais il est trop tôt pour vous en parler. Nous préparons aussi de grosses opérations de promotions dans Paris. Il y a donc toujours des événements dans l’événement à Roland-Garros et ce sera encore le cas cette année.

Êtes-vous satisfait de l’image que renvoient la FFT et ses sportifs ?

Il est très difficile de « s’auto-juger » mais aujourd’hui la fédération est très attachée à ses valeurs d’exemplarité, d’éthique, de solidarité. Jusqu’à maintenant, les joueurs, les joueuses et la fédération semblent être à l’image de ces valeurs. Il y a surement des choses à améliorer mais nous sommes tout de même satisfaits de l’image que l’on renvoie. Et les études le démontrent.

Est-il facile de communiquer autour du tennis ?

Il est plutôt facile de communiquer autour du sport et le tennis est un sport populaire donc on peut facilement mobiliser tant que l’histoire que l’on raconte a du sens. Aujourd’hui, on a 1 million de fans sur Facebook, beaucoup de followers sur Twitter donc il n’est pas très compliqué de mobiliser du monde. Il faut simplement que tout ce que l’on raconte ait un sens, soit orienté sport et soit différent de ce que les internautes peuvent consommer habituellement.

Quelle est la position de la FFT par rapport aux nouveaux médias ?

Logo FFT TennisIls sont partout. Tout le monde est connecté. Les nouveaux médias sont donc partie inhérente et  intégrante de notre stratégie au sens large. Aujourd’hui on ne peut pas faire sans les nouveaux médias. On essaye d’être à la pointe, on essaye d’anticiper les tendances, d’avoir les meilleures applications mobiles. C’est aussi un enjeu d’image pour nous. Par contre, il est important de mettre le curseur au bon endroit, c’est un des enjeux du nouveau stade de Roland-Garros. Quand vous venez voir un match de tennis, ce n’est pas un match de foot avec 80 000 personnes, on est très près des joueurs donc il ne faut pas que les spectateurs soient sans cesse sur leur écran.

Donnez-vous des consignes à vos athlètes concernant l’usage de ces médias ?

Les athlètes sont indépendants. En revanche, on commence à former nos jeunes joueurs sur les risques ou les dangers des réseaux sociaux. Quand on est jeune espoir, on peut parfois manquer de vigilance donc on fait une sorte de média training à ce niveau-là.

Pour terminer, quelle est la campagne de communication dont vous êtes le plus fier ?

Le challenge le plus réussi est lorsque nous avons changé le logo du Tour de France en 2003, je travaillais alors chez A.S.O. Nous sommes en 2014 et il est toujours là. Les gens se le sont bien approprié, que ce soient les spectateurs, les médias, les partenaires et c’est une belle réussite.

Toute l’équipe de CotéVestiaire remercie M.BOTTON pour cette belle interview. On compte sur vous pour la partager et en faire profiter un maximum de personnes.

Advertisements

À propos de Anthony

Love sport, technology and marketing

Publié le 30/01/2014, dans Rencontres, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :