Interview d’Eric NOTIN, Vice-Président de la Fédération Française d’Aviron

Eric NotinComme chaque jeudi, Côté Vestiaire vous propose l’interview d’un acteur du sport. Aujourd’hui, nous vous offrons celle d’Eric NOTIN, Vice-Président de la Fédération Française d’Aviron.

Éric Notin pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je rame depuis 1972, depuis toujours au Rowing Club de Marseille. J’ai ramé jusque dans les années 1985 avant de monter à Paris. Quand je suis revenu à Marseille au début des années 2000, je suis retourné au club. J’en suis le président depuis 2003.  J’ai également été président de la Ligue Provence Alpes dans les 2004-2008 et je suis depuis avril 2013 Vice-Président en charge du marketing et de la communication à la Fédération Française d’Aviron.

Quels sont vos domaines d’intervention au sein de la fédération ?

Je gère d’une part l’aspect communication interne et externe. Par ailleurs, j’accompagne le président sur la dimension marketing, notamment dans la valorisation de notre sport et de nos valeurs auprès de partenaires publics et privés pour essayer de développer la notoriété de notre sport.

Comment définiriez-vous l’aviron ?

L’aviron c’est le plus beau sport du monde ! Ça fait partie des sports qui sont restés très proches de l’esprit olympique ; c’est un sport propre, nature où les valeurs individuelles et collectives sont encore extrêmement fortes. Toutes ces caractéristiques font que nous sommes encore épargnés par les dérives du sport professionnel. On s’attache donc à conserver cet esprit.

Tout cela fait donc la force de l’aviron aujourd’hui ?

Notre force, on la tient des valeurs que je viens de citer, notre culture, le fait d’avoir des résultats dans les grands championnats, le fait d’avoir des athlètes qui arrivent à associer les très bons résultats et la réussite professionnelle, la multitude des pratiques que nous proposons qui permettent à tout le monde de se faire plaisir. C’est une formidable école de la vie.

Comment voyez-vous le futur de l’aviron ?

On aura un futur parce que nous resterons fidèles à nos valeurs. On gardera cet esprit, cette mentalité,… on travaille beaucoup à l’ouverture de notre sport à d’autres pratiques, à de nouvelles populations de sportifs : les pratiques en salle (Aviron Indoor), les pratiques en rivière mais également en pleine mer. On a une multitude de possibilités, qui nous permettent de répondre à différentes attentes : compétitions, randonnées, scolaires,…). Notre développement passera donc également par un élargissement de ces pratiques.

Quel est pour vous le rameur / la rameuse emblématique de ce sport ? Quel est votre plus beau moment de supporter ?

Sydney AvironDifficile de sortir un moment … je pourrai en citer plusieurs … j’ai été marqué par le titre de champion olympique à Sydney de Jean Christophe Rolland et Michel Andrieux et par celui du 4- emmené par Xavier Dorfman après un enlevage de folie. Ce furent des courses magnifiques. Concernant les athlètes emblématiques, il est très difficile d’en dégager un seul parce qu’on n’a pas de star. C’est aussi une de nos valeurs ! On a des athlètes de très hauts niveaux qui sont passionnants, passionnés, très accessibles mais pas de stars.

Pouvez-vous nous parler en quelques mots de la Fédération Française d’Aviron ?

La Fédération Française d’Aviron est basée à Nogent sur Marne avec une équipe de passionnés. J’insiste vraiment sur le caractère « passionné » des membres de la fédération, car ils le sont tous, que ce soient les collaborateurs, les élus ou les cadres techniques. Ce sont donc des « mordus » qui travaillent sur des opérations comme peuvent l’être le « circuit des randonnées » ou le programme « Rame en 5ème » que l’on amorce dans le cadre des championnats du monde à Aiguebelette.

Qu’attendez-vous de cette année 2014 ?

On a travaillé sur le projet fédéral avec un certain nombre d’objectifs sur l’Olympiade. En ce qui me concerne, l’objectif primordial est de développer notre notoriété et promouvoir de manière plus importante nos valeurs. Pour moi, ces prochaines années doivent être celles où l’on commence à améliorer et à développer nos opérations de communication. C’est l’améliorer par un meilleur ciblage, par de meilleurs produits, par de meilleurs messages. C’est aussi d’accompagner un programme qui, d’un point de vue international, est extrêmement important puisqu’on a trois épreuves sur notre territoire. Cela prouve qu’il y a une reconnaissance internationale de nos capacités à organiser des manifestations d’envergure.

L’année 2014 est aussi l’année qui précède les championnats du monde à Aiguebelette. Elle doit donc être une année de lancement et de promotion de cette compétition. C’est donc une année charnière quant à notre capacité d’augmenter notre notoriété.

Championnats du Monde Aiguebelette 2015

Quelles sont les opérations que vous allez mettre en place au cours de cette année ?

On a initié plusieurs actions. Premièrement, on a travaillé sur la charte graphique. On a un consensus sur le fait qu’une des forces de notre fédération c’est d’avoir un maillage assez fin du territoire. On a la fédération, 26 ligues et 404 clubs. Entre les ligues et les clubs il y a des comités départementaux. Tout ça est une famille mais aussi une capacité à diffuser et recevoir de l’information. La première action que l’on est en train de mener est d’améliorer la valorisation de la marque Aviron France auprès de l’ensemble de nos acteurs. Ce sera mis en place sous forme de charte graphique et d’outils traditionnels, de telle sorte que « l’extérieur » sache quand il dialoguera avec une entité de la Fédération Française d’Aviron.

La deuxième action importante est la refonte de notre visibilité sur internet. On a une action qui va au cœur du système d’information de la fédération qui va nous permettre demain d’avoir une visibilité qui permettra à chacun de trouver ce qui l’intéresse. Enfin, nous travaillons sur les outils de communication interne.

Est-il facile de communiquer autour de l’aviron ?

Assez paradoxalement, on est un sport que beaucoup de marques s’approprient. Il n’y a pas si longtemps, une prestigieuse marque de montre a encore utilisé un bateau d’aviron pour faire passer son message. Les valeurs que l’on porte sont assez bien vues en termes de communication. Le seul souci, en partie lié à ce que je disais, c’est que les prospects potentiels ne pensent pas spontanément à nous pour développer leurs actions. À nous de les convaincre de l’utilité de le faire… on a aujourd’hui de bons partenaires, dont l’un des plus importants est la MAIF. On a un également mécène avec la Fondation Française des Jeux.

On est capable de toucher des populations assez variées (compétition, découverte, étudiants). On a donc des atouts importants qui peuvent être différenciants pour des partenaires qui souhaiteraient profiter des valeurs que nous portons.

Quelle est votre position par rapport aux nouveaux médias ?

C’est quelque chose qu’on a déjà investi. On a fait un benchmark pour voir où se situaient les autres fédérations sur Facebook et Twitter et on a remarqué que nous étions en « milieu de tableau ». On a investi pas mal sur les images et les vidéos pour pouvoir les diffuser sur les réseaux sociaux. On travaille également beaucoup sur Dailymotion pour créer une chaine Aviron France qui va nous permettre de suivre en temps réel nos épreuves, mais aussi de les revoir en replay et avoir des témoignages. C’est donc vraiment quelque chose sur lequel on travaille beaucoup. On a par exemple lancé un concours sur Facebook pour le livre annuel : plusieurs centaines de personnes nous ont envoyé des photos, on en a sélectionné une trentaine que l’on a mises dans notre ouvrage.

Donnez-vous des consignes à vos athlètes concernant l’utilisation des réseaux sociaux ?

On a déjà l’avantage d’avoir des athlètes brillants, capables de voir le potentiel qu’il y a dans les réseaux sociaux sans qu’on ne leur donne la moindre information. On va essayer de les accompagner pour que leur communication et leurs usages soient encore plus performants. Dans la mesure où on a des athlètes intelligents, on veut essayer de les valoriser de manière plus importante, sans tomber dans la « starification ».

Êtes-vous satisfait de l’image que renvoient la fédération et les athlètes ?

Je suis bien évidemment satisfait de notre image … nous allons en augmenter la diffusion. Nous avons des athlètes qui véhiculent parfaitement les valeurs que nous défendons, a nous de le faire savoir. La principale action que nous allons mener en ce sens est d’élargir notre capacité à communiquer auprès de nouvelles cibles. Cela va passer par plusieurs types d’opérations pour faire parler de l’aviron entre deux olympiades.

Quelle est la campagne de communication sportive qui vous a le plus marqué ?

Moi ce que j’aime beaucoup, c’est le Tour de France. Je le cite souvent en exemple, car c’est un événement qui a su à la fois travailler sur le haut niveau et valoriser les lieux dans lesquels ça se passe. Nous sommes vraiment, toute chose égale par ailleurs bien sûr, dans la même logique ; nous avons des athlètes de haut niveau, qui ont des valeurs, des résultats et qui pratiquent leur sport dans des lieux fabuleux. S’il y a un sujet sur lequel je souhaiterais travailler, c’est la façon de valoriser les lieux en même temps que nos athlètes.

Quelle est votre plus belle réussite ?

C’est avec ma casquette de président de club. C’est la réalisation et la promotion du livre du centenaire du club qui nous a permis de montrer que l’aviron, ce n’est pas que du sport. Ce sont des personnes, une histoire dont on est que dépositaire pendant un temps limité. On se demandait comment fêter notre centenaire et, grâce à un membre, ancien journaliste qui nous a aidés, on a réussi à montrer que l’aviron et notre club avaient modestement, contribué à l’histoire à Marseille.

Toute l’équipe de CotéVestiaire remercie M.NOTIN pour cette belle interview. On compte sur vous pour la partager et en faire profiter un maximum de personnes.

À propos de Anthony

Love sport, technology and marketing

Publié le 13/02/2014, dans Rencontres, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. ben mon vieux …. il y a du boulot en terme de communication…. aucun jeune champion de france n’achète le livre giron dans nos clubs car ils ny sont pas en photo….. nil y a des choses a changer !!!! entre le bouquin aviron mal foutu… et les affiches « aguicheuses » et fausses…. bon courage !!! et arrêtez de depenser de l’argent pour rien !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :