Football Vrai: Aldershot Town 5ème division plus qu’un club, une passion!

Aldershot Town 5ème division

Le club de foot anglais, Aldershot Town, est à des années-lumière du glamour de Chelsea FC, mais pour les irréductibles fans la loyauté ne s’achète pas avec des milliards ou des trophées.

Agitant fièrement d’immenses drapeaux derrière les buts, les supporters des « Shots » parlent de loyauté à une famille, pas à une marque. « Ici, il n’a jamais été question d’argenterie », comprenez des trophées, « c’est de passion qu’il s’agit », tranche Ben Blundell à la mi-temps d’un match contre les ennemis jurés de Woking, rendez-vous majeur de la saison. Les deux clubs ont beau évoluer en cinquième division, la ferveur est à son comble. Les « Supras », fidèles parmi les fidèles, se retrouvent dans la tribune Est du stade, pour 90 minutes de clameurs et huées. « Je me sens en symbiose avec le club. Je fais partie d’une famille », explique Ben. Gabarit généreux, bras dynamique, il est, avec ses copains appelés « Rock’n’Roll Steve » et « Elvis », préposé à la grosse caisse pour donner le rythme aux « Supras ».

Aldershot Town 5ème divisionAu moins sept clubs de foot anglais ont été placés sous administration judiciaire ou en liquidation ces cinq dernières années. Aldershot Town a été sauvé de la faillite l’an dernier par un homme d’affaires Shahid Azeem, qui a fait fortune dans l’informatique. « Ici tout tourne autour du club de foot », explique le président Shahid Azeem. Comme dans les microbrasseries ou les clubs de tricot, une nouvelle génération redécouvre les joies de la communauté locale autour d’un goût partagé. Alfie Caudwell, 15 ans seulement, est déjà mordu. « L’ambiance est géniale. J’ai déjà été à Stamford Bridge (le stade du Chelsea FC à Londres) et je trouve qu’on ne chante pas beaucoup là-bas », dit-il.

A Aldershot, le fan est indispensable pour l’économie du club, qui dépend énormément de la billetterie. « Notre soutien fait une vraie différence. L’argent qu’on laisse en passant le tourniquet permet directement d’acheter des joueurs », sait Martin Choularton, un autre supporter endurci.
L’unité quasi tribale est cimentée par la même haine pour tout club qui affronte les Shots, en particulier les rivaux voisins comme, cette semaine-là, Woking.

 Reportage ici:
https://www.youtube.com/watch?v=ho0Ni2qpVz8&list=UUckz6n8QccTd6K_xdwKqa0A
Publicités

Publié le 11/10/2014, dans Lifestyle, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :